IRONIE numéro 27 (Janvier 1998)
IRONIE
Interrogation Critique et Ludique
Parution et mise à jour irrégulières

>IRONIE numéro 27, Janvier 1998
Page d'accueil


IRONIE

Définition : "Et voici la lumière insolite de l'humour, qui ne manque jamais d'apparaître dans l'œuvre la plus sacrée comme dans la plus érotique, cette tranchante lumière de sourire que, la plupart du temps, nous préférons éviter de voir."

Philippe Sollers, L'Infini n°60

Conseil : "Ironie : ne vous laissez pas dominer par elle, surtout pas dans les moments improductifs. Dans ceux où vous serez productif, vous essayerez de vous servir d'elle comme d'un moyen de plus pour saisir la vie. Utilisée avec pureté, elle est pure, et il n'y a pas à en avoir honte; et si vous vous sentez trop proche d'elle, si vous redoutez cette proximité croissante, alors tournez-vous vers de grands et graves objets devant lesquels elle se trouve petite et désemparée. Cherchez la profondeur des choses : l'ironie n'y descend jamais, et si vous parvenez ainsi au seuil de ce qui est grand, vous saurez en même temps si cette façon de comprendre provient d'une nécessité de votre être. Car, sous l'influence de choses graves, ou bien elle se détachera de vous (si elle n'est que de hasard), ou bien (si elle vous est réellement innée), elle se renforcera jusqu'à devenir un outil sérieux et prendra sa place parmi les moyens grâce auxquels vous aurez à former votre art."

Rainer Maria Rilke, Lettres à un jeune poète

 

LIBATIONS

apespeisqh

Noyons nos libations dans nos libres actions

Adrien Pwatt

 

"Doris aux fesses de roses ouverte au lit par-dessus
moi, dans la fraîcheur de ses fleurs je suis devenu
immortel. M'enfourchant, au milieu, de ses jambes
superbes, elle a mené jusqu'au bout, - ferme et droit -
le grand prix de Cypris, avec aux yeux, le trouble,
et eux, comme la feuille, au vent, qui tremble
roulaient au rythme de ses hanches, pour nous deux,
jusqu'à la libation pâle de l'âme; et puis Doris
a laissé retomber la musique alanguie de ses membres."

Dioscoride d'Alexandrie, Anthologie

 


"MON DESTIN EST PLEIN D'IRONIE"

Maurice Girodias, L'Affaire Kissinger

 


Les effets de serre : économie de chauffage !
Les effets de serf : économie de chômage ...

Adrien Pwatt

 

EN L'AIR

"M'introduire dans ton histoire
C'est en héros effarouché
S'il a du talon nu touché
Quelque gazon de territoire

A des glaciers attentatoire
Je ne sais le naïf péché
Que tu n'auras pas empêché
De rire très haut sa victoire

Dis si je ne suis pas joyeux
Tonnerre et rubis aux moyeux
De voir en l'air que ce feu troue

Avec des royaumes épars
Comme mourir pourpre la roue
Du seul vespéral de mes chars."

Stéphane Mallarmé, Poésies

 

L'ART DU THÉ

"Ce qui était jugé 'insipide' d'un point de vue spéculatif ne se révélerait-il pas ainsi le plus savoureux ? Car la caractérisation qui paraît la plus fade au premier abord, parce que trop ordinaire et banale, donc indigne de fixer notre intérêt, peut donner lieu, on le voit, à la variation la plus riche, au déploiement le plus lointain. Plus jamais alors le sens ne se referme, il demeure ouvert et disponible. Il convient donc de se former à cet art de la lecture, celui de laisser infuser le sens : loin du pointage impérieux du discours (démonstratif) et de tous ses marquages insistants, laisser dissoudre librement en soi tout le sens possible, se prêter à ses sollicitations secrètes et s'engager ainsi dans un itinéraire qui se renouvelle toujours, à l'infini."

François Jullien, Eloge de la fadeur

 

LE RIRE DU TEMPS

"Ce soir, j'ai fini d'écrire.
Surprise par le gel, tombe ma blanche soie.
Je me vois à cet instant dans le miroir et me ris de moi-même.
Ah ! que ne suis-je la Montagne du sud, que n'ai-je sa durée !"

Li He, Elégies

 


"encore eût-il phallus que je la connasse pour que je le susse"

M. Roche

 

LE MONDE PRO-STATIQUE

Plus on s'enfonce dans le noir, plus nous croyons faire la fête. Plus les machines multiplient et ordonnent nos déplacements, moins nous sommes mobiles. Nous réagissons contre la confu$ion voulue, amenée par certains paradoxes. !ronie ranime ces derniers avec les siens et les fait valser pour mieux en rire. La théorie des flux, illusion d'un monde surexcité , n'est que la vitrine d'un monde qui se fige .

Qu'en est-il des voyages en général, touristiques, urbains, d'affaire ? Juste un transport d'immobilité. Métro, bus, voiture, taxi, train, avion, excursions organisées, bureau, séminaire, sommeil. Alors, votre passage à Hong-Kong ? Simple comme Singapour, Routinier comme Rio, Normal comme New-York, Typique comme Tokyo : Bureau-Taxi-Avion-Taxi-Bureau-Taxi-Avion-Taxi-Bureau. Pensez-vous à votre corps, à sa sclérose ?

"Au cours de mon existence, je n'ai rencontré qu'une ou deux personnes qui comprenaient réellement l'art de Marcher, c'est-à-dire de se promener, qui pour ainsi dire avaient un génie particulier pour flâner, sauntering"

Henry D. Thoreau, Marcher

Le fait que 98 % des hommes de plus de 80 ans aient des problèmes de prostate n'est qu'une donnée médicale s'insérant dans le temps long de cette "science" aléatoire et néanmoins capitale, la démographie. Le moment "papy-boom" nous concocte une sauce puritaine avec les bons vieux grumeaux de la censure. Prostates-Prothèses (PP).

On annonce Internet, la Communication, la Génétique, les Grands Evénements Névrotiques Saisonniers, les G.E.N.S. (JO, JMJ, Coupe du Monde, Exposition Universelle). Vous n'y êtes pas. Le marché du XXIème siècle sera celui des vieux. Gérontophiles, gérontologues, à vos marques ...

Ne vous fiez pas au courant des événements, à la bêtise des gestions instantanées, au temps court. Dans 20 ans, les hôpitaux fleuriront. Dans 100 ans, l'espérance de vie aura atteint le siècle. Les centenaires ne joueront plus les bêtes de foire. Chacun aura droit à son siècle, son siècle singulier. Les signes sont là : toujours plus loin, exploits des sportifs, records battus, dopage de la vie ...

N'oubliez pas que le monde vieillissant intègre tous les âges. Une résignation, une faiblesse face à l'autorité, la déliquescence de l'esprit critique, une incontinence de la pensée, sont des symptômes que l'on retrouve chez des personnes plus jeunes souvent assaisonnées à la servitude. On ne peut plus changer le cours des choses. Le monde pro-statique assied sa loi.

{Là, en face, dans le fond du café, je vois une Asiatique qui taille une pipe à un homme. Ils rient, s'embrassent. De temps en temps, elle relève sa tête et le branle}

L'écriture même est contaminée. La prose statique s'enracine, styles sans nervure, sans envergure, encéphalogrammes plats de la pensée, et caresse basiquement un lecteur qui se complait dans son assoupissement, fatigué d'être réveillé.

Lionel Dax

 

SINGULIER PLURIEL

"A la recherche du corps perdu, telle est l'aventure. Ouvrez les livres, allez au cinéma, écoutez des musiques, essayez donc enfin de vivre les sculptures, les peintures, photographiez-vous tant que vous voulez, il n'est question que de ça. Phrases, poèmes, délires, images, tout vient de ce lit, de ce fleuve, cataractes de crimes, chutes de caresses, bouillie de cadavres, frôlements de peaux, tourbillon de mains, de bouches, de langues, de mots. Camps de la mort, temples d'amours. Donnez-moi une chambre, n'importe laquelle, n'importe où, et un corps accordé au mien, le reste s'ensuit nécessairement, la plus grande liberté ne peut pas ne pas être là, c'est automatique. Aimez, ou suicidez-vous : tel sera le choix. Les sectes, un peu partout, s'occupent de la mise en scène, en vous recommandant, moyennant finances, de quitter cette pénible enveloppe charnelle, comme s'il y avait une lettre dans l'enveloppe et quelque chose dans le corps. Mais non rien. Votre enveloppe n'est adressée qu'à vous-même. Ne l'ouvrez pas, laissez-la se développer, elle n'a rien d'autre à vous dire que ce que vous pourrez en dire. Ne soyez pas enfantins, ne croyez pas que le petit oiseau va sortir. Défiez-vous de tout ce qui veut mourir et guérir. Le charlatanisme universel s'appelle au-delà, demain, plus tard, autrefois, on verra, révolution, restauration, progrès ou apocalypse. A peine êtes-vous un corps, que la danse autour de vous s'organise : famille, société, rien ne vous sera épargné pour vous empêcher de jouir, c'est-à-dire d'être plusieurs en ce monde comme si vous y étiez, enfin, magnifiquement seul. Le temps vous sera sans cesse compté, dépensez-le sans mesure. Quelqu'un qui a tout son temps est un scandale permanent. Cachez-vous, détournez-vous, déconnectez-vous. Laissez-leur le virtuel, l'illusion de la communication générale qui est le contraire de l'infini langage charnel. Soyez impossible : demandez le réel."

Philippe Sollers, L'Infini n°60

 

L'ORDRE MORAL DE LA SANTÉ (OMS)

Top Santé, novembre 1997

 

NON SANS IRONIE

"En résumé, toutes les bonnes choses sont sauvages et libres. Il y a je ne sais quoi dans un air de musique produit par un instrument ou par la voix humaine - par exemple le son d'un cor pendant une nuit d'été - qui, par son caractère sauvage et sans ironie de ma part, me rappelle les cris poussés par les bêtes sauvages dans leurs forêts natales. C'est autant de leur sauvagerie que je puis appréhender. Qu'on me donne pour amis et voisins des hommes sauvages et non des êtres domestiqués"

Henry D. Thoreau, Marcher


Retour en tete de page